Histoire

L'Histoire connue de Villefranche d'Albigeois remonte au XIIIème siècle.

Quelques repères...

Villefranche au XIIIème siècle

La création de Villefranche est une retombée indirecte de la croisade des Albigeois (1198-1229).

A l'issue de cette période, le Tarn dans cette région est devenu frontière entre ce qui restera jusqu'en 1249 possession de Raymond VII, comte de Toulouse, au nord de la rivière et ce qui était passé, dès le traité de Paris en 1229, sous l'autorité royale au sud autour de la seigneurie de Castres confiée à Philippe II de Monfort, dit le Jeune, petit neveu de Simon, chef de la croisade.

Afin d'assurer stabilité et sécurité dans ce nouveau fief, Philippe II installe sur ses frontières un certain nombre de points forts où les gens trouveraient intérêt à demeurer pour bénéficier de la plus grande liberté et des meilleures facilités commerciales procurées par des chartes de franchises et par un choix judicieux de l'emplacement.

En limite du Ségala, sur une route commerciale traditionnelle est-ouest et près du Tarn, mais à bonne distance pour voir venir, le site choisi pour le village convient parfaitement, permettant de concilier les aspirations de la population à venir et les besoins du prince. C'est pourquoi il y crée, en 1269, une "Ville Franche", au sens localité dotée de franchises.

 

Blason

Les armoiries de Villefranche sont « d’or à deux faces de sable ».

Villefranche du XVIème au XIXème siècle

église intérieur carte postale

Le village, resté dans la mouvance catholique, ne semble pas être directement touché par les Guerres de Religion (1562-1598) malgré les sérieuses difficultés que connaît la région de Castres.

A la Révolution, la bastide n'est déjà plus qu'un souvenir et Villefranche a débordé hors de ses murs.

Les vestiges de l’ancienne bastide que l’on pouvait encore apercevoir il y a quelques années ont complètement disparu de nos jours, tels les fossés creusés devant les remparts derrière l’église actuelle ou un pan du mur d’enceinte du “château” qui a été détruit pendant la construction de la Maison d'Accueil et de Résidence Pour l'Autonomie des personne âgées (MARPA).

C'est à partir de 1796 que Villefranche est doté d'une brigade de Gendarmerie.

En 1896, une église nouvelle remplace l’édifice du XVème siècle de l’ancienne bastide. Sa nef en conserve quelques vestiges.

Au cours du XIXème et XXème siècle ...

Au cours du XIXème siècle et au début du suivant, la localité confirme son rôle de marché. Des foires s’y tiennent régulièrement et le commerce du bétail y est florissant. Un train d’intérêt local entre Albi et Alban y partage l’espace roulant avec les véhicules à moteur et à traction animale de 1910 à 1939.

r2443_9_carte_postale2-2.jpg

Le passage du train

église extérieur carte postale

La place de l'église

Cette édition spéciale de janvier 2017 est destinée à se remémorer les modes de vie des Villefranchoises et des Villefranchois, autrefois. C’est notre histoire, ce sont nos racines. Fichier pdf Télécharger l'édition spéciale

Merci à toutes les personnes qui, par leurs témoignages, leurs documents, leurs photos ont contribué à  retracer toute une époque.

 

Avant la guerre de 1914-1918, Jean Jaurès passe chaque année quelques jours de vacances au domaine de Bessoulet, propriété de son épouse. Plus d'information sur la page à voir...

Comme partout en France, les deux guerres mondiales endeuillent de nombreuses familles, ainsi en témoigne le monument aux Morts érigé en 1923.

La deuxième moitié du XXème siècle voit la modernisation de la localité, mais aussi son déclin économique. Les transports modernes ont raccourci les distances et l’économie se déplace vers Albi.

Electrification 1925-26, mairie actuelle 1958, eau courante 1960, égouts 1962, école maternelle 1978, salle polyvalente 1982, MARPA 1990, cantine scolaire 1993.

Toutefois, depuis les années 80, le bourg prend une nouvelle importance. Une population nouvelle s’y établit, qui travaille ailleurs...Il fait bon vivre à Villefranche, au XXIème siècle aussi.

Un clin d’œil de la géographie qui ayant placé le village en plein sur le méridien de Paris, lui a permis de se faire connaître lors des manifestations de l’An 2000 autour de la méridienne verte.